RSS
RSS
Forum rpg fantastique se passant au japon féodal !

Partagez | 
 

 Opération secrète et discrète.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Clan Uesugi
Hin'i Shôma
Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Opération secrète et discrète.    Lun 26 Oct - 21:04

Les yeux exorbités. L’orifice buccal écartelé à son maximum. L’incapacité totale de s’exprimer durant quelques secondes. Koshi était pour ainsi dire l’exemple parfait et vivant d’un homme totalement surpris. Il tentait bien de reprendre contenance, mais il fallait bien avouer que c’était une tâche difficile. Cela devait faire dix ans qu’il connaissait Shôma. Il l’avait vu arriver dans la garde du palais, grandir, s’élever. Il était passé par tous les états, la plupart du temps en l’observant de loin. Il avait été honteux, fier, étonné, désapprobateur, admiratif, tout cela tour à tour, et pour bien des raisons. Mais le spectacle auquel il assistait était pour le moins inédit. Et stupéfiant.
On lui avait demandé d’aller chercher le général Hin’i, il y avait quelques minutes, car le Daimyo avait à lui parler. Mais s’attendre à tomber sur CA ! Il en restait hébété.
Il fallait dire que c’était une scène bien singulière. Koshi hésita même, un instant, à se frotter les yeux ou à demander au premier qui passerait si ce qu’il voyait était réel.
Mince, c’était ahurissant ! Et …

« Qu’est-ce que tu veux, Koshi ? »

Une voix posée, mais une question terriblement directe. Et un ton sec au possible. Il fallait être habitué, avec Shôma. Les détours, les phrases alambiquées et subtiles, c’était bon pour les poètes.

« C’est-à-dire … » Koshi pointa du doigt ce que le général tenait entre ses mains, et qu’il venait tout juste de refermer. L’objet de sa si grande surprise. « Général, vous … Vous savez lire ? »

Koshi sut qu’il avait fait une bourde quand il vit les sourcils de Shôma se froncer et la peau de son front se tordre selon des angles étranges. Des caractéristiques courantes quand il s’énervait, et qu’il s’apprêtait à faire une ânerie. Une expression qu’on voyait beaucoup moins depuis quelques années, mais dont il était coutumier par le passé.
Le général s’approcha du garde et l’empoigna par le col. Sa voix restait toujours aussi calme, mais quelque chose d’inquiétant vibrait au fond de ses paroles. Quelque chose de très mal contenu. Un peu comme une bête en cage. Une cage dont la porte est fermée, mais sans verrou …

« Dis, Koshi. Tu ne me prendrais pas pour un crétin des fois ? »

Le vieux soldat déglutit. Ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait dans une situation similaire, mais cette fois c’était différent. Jamais il n’avait été en manque d’une réponse à donner au général quand il s’était fait attraper de la sorte, auparavant !

« Pas du tout, général Hin’i. Je suis navré si je vous ai blessé ! »
« Blessé ? C’est un défi ? »
« Hein ? Non ! Je n’ai aucune chance contre vous … »

Au moment où il s’y attendait le moins, Koshi sentit l’étreinte se desserrer sensiblement. Sans que le plus vieux garde du palais sache vraiment pourquoi, le général avait l’air pleinement satisfait. Il avait une expression de contentement enfantine sur le visage.

« Allez, je te pardonne. T’as l’air d’avoir retrouvé ta lucidité. Bon, pourquoi t’es venu au fait ? »
« De quoi ? Ah, oui ! Uesugi-sama doit vous parler. »
« Tu aurais dû le dire plus tôt. »

Le soldat n’osa pas répliquer quoi que ce soit, et se contenta de hocher la tête et de s’éloigner silencieusement. En le regardant partit, Shôma jeta un coup d’œil sur le bouquin qu’il avait eu entre les mains quelques minutes plus tôt. S’il avait dû avouer la vérité, il aurait sans doute eut la honte de sa vie. C’était un traité de stratégie. Du genre particulièrement ancien, avec tout un tas de phrases compliquées et de mots qui ne voulaient presque rien dire. Beaucoup de blabla pour exposer des plans tellement complexes que des soldats ne pouvaient pas les retenir. C’est plus ou moins ce que Shôma avait tiré de cette lecture. Même si au fond, il n’avait peut-être juste rien compris. Mais plutôt mourir que d’avouer ce genre de choses devant un de ses subordonnés ! De quoi aurait-il l’air ? Autant rester sur une bonne impression.

Le jeune homme prit le temps de vérifier que sa tenue et ses cheveux étaient au pli près avant de traverser le palais. Ogun aimait qu’on soigne les apparences. Il lui avait déjà expliqué pourquoi, et Shôma n’avait pu qu’approuver et promettre de faire attention. Une tenue décontractée n’excluait pas une tenue ordonnée. Bref, de toute manière il avait oublié pour quelle raison il avait dit cela.

Le général entra dans la pièce sans se faire annoncer. Il faisait toujours cela quand on le convoquait sans donner de motifs et sans délais. Il inclina la tête bien bas pour une révérence sommaire.

« Vous m’avez demandé, Ogun-sama ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    Dim 1 Nov - 15:33

- Vous m’avez demandé, Ogun-sama ?

Le daimyo reconnu la voit de son général derrière lui, il avait fait vite. Shôma n'était pas du genre à perdre du temps, et c'était une des nombreuses choses qu'Ogun appréciait en lui. Il sourit en pensant à ce qui allait suivre, mais resta de dos au reste de la salle, face à son siège comme si le mur se devait d'être fixé encore un peu... Il leva les bras et annonça de façon presque exagérée, avec un air plus que théâtral toujours sans se retourner :

- Mon brave Shôma-kun, tu es déjà ici ! Il faut que tu saches... Ogun se retourna lentement en continuant sa phrase. Que j'ai une surprise pour toi !

Lorsqu'il fut face au reste de la pièce, le daimyo scruta attentivement les réactions de ses occupants. C'est avec un grand sourire qu'il examina la stupéfaction, ou l'incompréhension de certain de ses sujets, il était sur le point d'exploser de rire, mais réussit à se retenir en se mordant doucement la lèvre.
Il se dévoila sous une facette disons... différente !
Ce dernier était grandement maquillé de façon à changer complètement la forme de son visage et de le rendre plus « salle » qu'à son habitude. Une crasse qui bien sûr étant totalement fausse et qui le rendait méconnaissable. Sa face restait tout de même celle d'une belle personne, assez harmonieuse dans l'ensemble, mais qui ne ressemblait plus du tout à celle du daimyo. Il avait dû faire appel à plusieurs maquilleuses pour cela, et avait dû rester sans bouger pendant plusieurs heures ! Mais cela lui plaisait de se faire bichonner par ses dames.
Il était vêtu de vieux vêtements que ne porterais que les plus pauvres familles du peuple, mais il ne put s’empêcher de rendre le tout assez harmonieux. Il était fier de l’asymétrie splendide de son déguisement et semblait heureux de se montrer ainsi devant tout le monde. Après tout, se déguiser était aussi une de ses grandes passions.  
Il sortit de derrière lui un grand chapeau de paille en mauvais état qu'il s'empressa de mettre sur sa tête, suite à quoi il accourut vers Shôma. Il s'inclina plus que d'habitude, comme pour jouer à la perfection son rôle, il se serait cru au théâtre !

Après ce spectacle qui en laissa plus d'un bouche bée il se redressa et annonça :


- Alors ? Comment me trouves-tu ?

___________________________________________
hrp:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Hin'i Shôma
Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    Dim 8 Nov - 15:05

Ca faisait longtemps que Shôma avait pris l’habitude de travailler ses expressions faciales. Afin d’en afficher le moins possible, déjà. Il était grand, et bien bâti. Si en plus il restait neutre, il en devenait intimidant. Et il ne le cachait pas, il aimait clairement ça. Rien que pour l’effet produit sur les servantes du Daimyo, lorsqu’il était entré dans la pièce, cela se justifiait entièrement. Ou bien elles l’avaient fixé, ou bien elles avaient détourné le regard quand il le leur avait rendu. Cela pouvait avoir des centaines d’explications, bien entendu. Mais pour quelqu’un comme Shôma il n’y en avait qu’une seule : il avait l’air trop classe et trop fort, du coup elles étaient embarrassées et fantasmaient des tas de scénarios un peu coquins.
Malgré toutes ces précautions, il ne put clairement pas s’empêcher de retenir sa stupéfaction quand son Daimyo se retourna. Il s’était attendu à tout en entendant le fameux ‘’ j’ai une surprise pour toi ‘’. C’était le genre de phrase qui servait de présage à quelque chose d’inattendu, et parfois d’assez cocasse. Comme il s’agissait d’humour, Shôma le rangeait donc dans le rayon des catastrophes imminentes. L’humour. Quel truc sordide.
Bien entendu de dos, en entrant, il avait bien vu des anomalies dans la tenue du Boss. Mais ce n’était pas grand-chose. Les adeptes de l’humour se déguisent parfois. Shôma n’y comprenait strictement rien, mais bon, le patron faisait ce qu’il voulait après tout. C’est bien pour ça que c’est le patron. Seulement, là, c’était un peu différent. Il avait fait en sorte d’avoir tout l’attirail du premier pouilleux qu’on sortirait de la cambrousse la plus proche. Et en même temps, il gardait une certaine grâce et sa beauté nonchalante qui en faisait tout l’opposé de son général.
Ce dernier tiqua tout en se grattant le cuir chevelu avec application.

« Je vous en prie, Ogun-sama, dites-moi que je n’ai pas à faire la même chose, quel que soit votre but … »

Oui, parce que si Ogun gardait la plupart de ses atouts malgré sa tenue, il savait très bien que ce ne serait pas son cas. Avec le même genre de déguisement, il n’aurait pas la même prestance. Shôma s’approcha de son Daimyo, et attrapa le vêtement de corps entre son index et son pouce, pour le tirer avec une expression blasée sur le visage.

« C’est pas mal si vous voulez mon avis. Physiquement, c’est parfait. Y’a sans doute pas un seul fermier qui a votre prestance, mais ça reste plausible. Les belles personnes ne sont pas réservées à la noblesse après tout. Vos maquilleuses ont même pensé aux cales sur les mains, je suis impressionné. Par contre, y’a encore quelques détails qui vous trahissent dans votre attitude. Vous avez le dos trop droit, et votre marche est trop distinguée. Vous avez encore votre port princier, quoi. Pour le reste je ne sais pas trop. J’ai trop l’habitude de vous observer pour être vraiment objectif. »

Se rendant compte qu’il parle à son seigneur, Shôma lâcha le vêtement et s’arrêta net. Même s’il avait du mal à se l’avouer, il raisonnait de manière trop simple pour raisonner chacune de ses propres actions et agir en fonction de l’éthique. C’était le genre de détails qui lui échappaient assez fréquemment. Pour tenter de se rattraper, il poursuivit :

« Enfin, c’est ce que j’en pense. Ca reste un déguisement incroyablement bien réussi. Je ne suis pas sûr que, même avec toute l’assistance du monde, je puisse faire de même. »

Un éclair de lucidité frappa soudainement le jeune général. Il avait été convoqué juste pour admirer la préparation de ce carnaval ? Même s’il commençait de plus en plus à craindre d’y participer, Shôma retint ces questions au fond de sa gorge pour le moment. Il était persuadé d’avoir sous peu les réponses à ses questions, en plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    Lun 23 Nov - 14:44

La réponse de Shôma ne se fit pas attendre et, se fut avec son tact légendaire qu'il dévoila son opinion. Il fit bien sûr de nobles éloges sur le costume, mais fit aussi remarqué qu'effectivement, la prestation d'Ogun n'était pas vraiment parfaite. Alors que n'importe qui aurait acquiescé ses dires, le daimyo se retourna faisant mine de pleurer, surjouant la scène de manière tout à fait grotesque il déclara :

- Shôma-kun... Tu es vraiment trop cruel !

Il ne lui laissa pas le temps de répondre et se retourna brusquement, arborant soudainement un grand sourire plein de malice, comme s'il voulait prouver qu'il avait fait expert de bouder et que ce n'était pas vrai, bien que tout le monde l'avait deviné.
Le visage toujours fendu en deux par son grand sourire il fixa Shôma et l'attrapa au niveau des épaules, avant de reprendre un peu plus de sérieux :


- Très bien mon cher... Passons à des choses on ne peut plus sérieuses ! Tu t’exécutes dans mon armée depuis un moment déjà, tu as accompli nombres de hauts faits et énormément progressé depuis ton arrivée à Nagoya. Pourtant, tu n'as pas encore été récompensé autant que tu le mérites ! Il fit une pause, voulant que Shôma ai le temps de cogiter dans sa tête et de se poser bon nombre de questions. Il le fixa du regard pour essayer de deviner ses émotions, il trouvait très drôle de voir son général habituellement si calme dans l’embarra, et c'est exactement ce qu'il essayait de trouver dans les signes faciaux de Shôma. Il reprit après quelques secondes. Tu vas avoir la chance... que dis-je, l'immense honneur d'aller boire un coup en ville avec ton daimyo !  Nous allons tout deux aller au quartier des plaisirs dans un salon réputé ! Je suis sûr que tu as besoin de te détendre un peu, et moi aussi ! J'ai besoin d'aller voir le peuple, mais j'aimerais ne pas trop me faire remarquer, c'est pourquoi je serais ainsi déguisé.

Il lui lâcha les épaules, et pointa la sortie du doigt :

- Nous partons dès que tu es prêt !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Hin'i Shôma
Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    Mer 25 Nov - 16:58

Cruel. Mais quel cinéma il était en train de lui faire, encore ! Ce côté diva était presque agaçant, parce qu’il avait le don de presque faire rire Shôma. Et comme évoqué un peu plus haut, l’humour c’était bon pour son patron. Les autres pratiquants étaient tous des mauviettes.
Vous me direz : mais quel étrange rapport à l’humour ! Je vous répondrais d’aller voir quelque part où je ne suis pas pour vérifier que j’y suis pas.
Trèves de parenthèses narratives inutiles, que se passait-il dans cette petite pièce ? Ogun était en train de le rencarder lui proposer d’aller boire un coup. Une forme de récompense pour ses années de bons et loyaux services. Il y avait entendu plein de méthodes pour récompenser les braves soldats. En pensant à ces méthodes, le jeune général lorgna du coin de l’œil sur les servantes, qui rougirent en se tassant dans un coin de la pièce.
Ah, la terreur le charme, encore une fois. Qu’il est dur d’être aussi dangereux et violent beau et viril.
Bon, bref. Il allait falloir escorter le Daimyo en ville pour boire un coup et prendre la température du peuple. Une mission de confiance, puisqu’il serait seul pour le protéger, mais aussi une mission risquée pour différents motifs.

Shôma se retint de jeter un œil sous son poignet droit. Les bandages qui l’entouraient étaient discrets et pouvaient passer pour un simple effet de style ou de confort. Mais ils dissimulaient une blessure handicapante. C’était le premier problème posé par cette petite escapade proposée par le Daimyo.
Le jeune général se malaxa le front avec les doigts de la main gauche. Les gens du peuple le connaissaient bien. Fallait bien dire qu’il avait tendance à donner dans le spectaculaire, et volontairement en plus. Quand il pouvait provoquer un méchant en duel en pleine rue, vous pouvez être sûr qu’il le faisait sans aucune hésitation. Au contraire, il se créait même parfois des adversaires plus forts qu’ils ne l’étaient en s’imposant des handicaps.
L’idée, c’était de se mettre en scène pour attirer d’autres types, vraiment forts, ceux-là. Bon ça ne marchait pas souvent. Mais quand ça marchait ça valait le coup.

Bon, en tous cas, même avec ce léger handicap il devrait être capable de protéger son seigneur en cas de pépin.

«  Je commençais à imaginer bien pire, en vrai, Ogun-sama. Une pièce de théâtre ou une bêtise du genre à laquelle vous alliez étrangement réussir à me convaincre de participer. Mais s’il s’agit de vous accompagner en ville, ce sera un grand honneur pour moi. »

Shôma farfouilla sa mémoire, à la recherche de la dernière fois qu’il avait été boire. Mais rien à faire, il n’arrivait pas du tout à se remémorer la scène le moins du monde.
Tant pis, c’était le moment de fabriquer de nouveaux souvenirs, justement.
S’il s’était souvenu, il aurait sans doute décliné la proposition. Mais vieux vaut ne pas évoquer ce genre de choses pour le moment. Vous aurez tout loisir de découvrir pourquoi la mémoire lui échappe par la suite …

« Mais vous savez, pour cacher votre identité il y avait plus simple. Changez juste de coup de cheveux, de vêtements, et mettez un chapeau à larges bords. Ca aurait amplement suffit. Tout cet accoutrement … Avouez que c’est juste pour vous amuser. »

Shôma sourit. Ah non, c’était une grimace. Désolé.

Bon, et sinon ? Shôma marcha vers la porte, et l’ouvrit en grand.

« J’ai pas vraiment  besoin de me préparer, en vrai. Karasu et Ten'shi s'occuperont de la sécurité du palais pendant mon absence. J’ai un sabre, et ma tronche fait le reste peu importe le job qu’on me demande. On y va ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    Jeu 10 Déc - 14:05

[quelques minutes après]

Après une traversée de la ville sans encombre, les deux hommes arrivèrent dans un hanachima de Nagoya réputé pour être aussi luxueux que coûteux. Enfin sans encombre... pour le daimyo du moins ! Pour Shôma cela reste encore à voir. Effectivement, comme ce dernier l'avait lui-même dit, le déguisement d'Ogun était surtout là pour l'amuser et, c'est précisément ce qu'il fit tout le long du trajet. Surjouant chacune de ses paroles et saluant bruyamment et grossièrement le moindre passant, il semblait comme un enfant enfant insouciant qui jouait au grand.

Lorsqu'ils arrivèrent dans le quartier - qui était un des préféré d'Ogun -  ce dernier arbora un grand sourire et sembla rajeunir d'encore quelques années, avant d'annoncer d'un air d'extase enfantine :


- Nous voilà arrivé Shôma-kun ! Nous voilà arrivé ! Vite, vite, Pressons nous ! Nous allons nous rendre dans un ochaya réputé, il paraît qu'ils ont de nouvelles filles et que les boissons y sont des meilleurs !

Il savait ce qu'il disait en annonçant cela, puisqu'il avait déjà lui-même goûté à leur alcool. Ogun qui pourtant n'aimait pas énormément les boissons alcoolisés, avait appris à apprécier celle de ce salon. Il pressa le pas, attrapant Shôma par le poignet pour l’entraîner avec lui, le serrant fermement sans vraiment le vouloir, entraîné par sa fougue.
Une fois arrivé devant le bâtiment tant convoité il lança à Shôma un sourire moqueur et annonça :


- Et nous n'allons pas boire que du thé !

Il lui tira la langue avant d'ouvrir la porte. Il était lui-même étonné d'être aussi enfantin ! Sûrement avait-il besoin de décompresser un peu. C'est qu'être toujours sérieux est très fatiguant ! D'autant qu'il avait eu récemment quelques accrochages suite à des accords commerciaux difficiles avec un village prés de Kyoto, cela l'avait fortement stressé comme souvent et, il avait besoin d'un peu d'explosion.
En entrant il dit à l'adresse de Shôma :

- Je te laisse choisir où nous nous installeront, c'est ta soirée après tout !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Hin'i Shôma
Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    Mar 15 Déc - 7:48

Shôma n’était pas vraiment à son aise en parcourant les rues de Nagoya avec Ogun. Non pas qu’il ne soit pas sensible à l’invitation de son Daimyo, qui était un beau témoignage de confiance, de reconnaissance, voire d’amitié. Plutôt que ça faisait des années qu’il n’avait pas pensé autrement qu’en parfait guerrier. Et qu’il ne l’avait pas cherché ou eu besoin de le faire. Avoir atteint son statut signifiait beaucoup de responsabilités, et il dispersait son temps entre elles. Que la seule personne ayant un statut plus haut que le sien aux yeux de l’armée lui ordonne de sortir en ville était un évènement très étrange. Mais bon, la hiérarchie était bien ancrée dans la tête du jeune général, et c’était la décision de son Daimyo.

Soudainement, Ogun le tira violemment par le poignet en le pressant de le suivre. Brusquement, avec plus de force qu’il ne l’aurait voulu, Shôma retira son bras en grimaçant de douleur. Le mouvement fit tomber sa manche, révélant le bandage qui recouvrait son poignet. Le vieux souvenir du combat avec Shiori, le samouraï du clan Miyamoto. Il avait été plus surprit qu’il n’avait réellement eu mal. La blessure datait déjà d’une poignée de mois. Mais elle était loin d’avoir totalement disparue.
Tâchant de garder contenance Shôma remit la manche en place pour dissimuler le bandage qui recouvrait la blessure.

« Hum … Désolé Ogun-sama. Vous m’avez surprit. Ne vous en faites pas, ce n’est rien. Une blessure un peu vieille et presque totalement guérie. Ca ne m’empêchera pas d’assurer votre sécurité. Je m’excuse d’avoir été aussi brusque. »

Trop de mots. Shôma ne se serait pas autant aplati en excuses si ce qu’il avait été dit n’était pas vrai. Et en plus, il était plutôt mauvais menteur. Bah, il fallait juste espérer qu’Ogun ne relèverait pas et ferait comme si de rien n’était. C’était une soirée pour s’amuser après tout.

« Bon, allons-y. Du saké, et des filles c’est bien ça ? Ca promet d’être amusant. J’suis bien d’accord avec vous, ne boire que du thé serait du gâchis. Et on verra bien qui s’écroulera sur la table le premier, de nous deux ! »

Il s’enfonçait pour détourner la conversation. C’était tout sauf habile, et totalement contraire à ses habitudes, mais au moins ses intentions étaient parfaitement claires.
Une fois entrés, Ogun lui demanda de choisir où ils allaient s’asseoir et le jeune général désigna une table basse, située contre un mur. Ils ne seraient pas à l’écart, en adéquation avec le vœu d’Ogun de se mêler à la population, mais de là-bas Shôma pourrait garder un œil sur l’ensemble de la salle. Ce n’était pas parce qu’Ogun était insouciant et avait envie de s’amuser que le jeune général devait ignorer les responsabilités qui pesaient sur lui en ce moment-même. Il était totalement seul pour assurer la protection de son Daimyo. Même si c’était un endroit où il semblait parfaitement en sécurité, il fallait bien qu’il le garde à l’esprit d’une manière ou d’une autre.

« Je vais aller chercher de quoi nous distraire, je vous rejoins installez-vous. »

Shôma s’éloigna nonchalamment. Ce prétexte était bon pour lui permettre de se concentrer à nouveau et d’oublier qu’Ogun avait vu l’état de son poignet. Heureusement qu’il avait pensé à bander sa blessure. C’était bien plus moche au-dessous qu’il ne voulait le laisser paraître. Shiori avait tranché net le tendon du poignet et c’était plus difficile qu’il ne l’admettait de même tenir correctement une arme. En réalité, seule une arme légère était maniable à l’heure actuelle pour le jeune général.
Il s’approcha du comptoir de l’hanamachi, où il supposait se trouver la gérante de l’établissement. Il se força à sourire pour paraître bien éduqué et poli devant la dame. Il avait retenu cette leçon depuis qu’il habitait en ville : pour plaire à un commerçant et demander une faveur en espérant être rapidement satisfait, l’argent ne suffisait pas. Faire une bonne impression et montrer son respect était le meilleur moyen de motiver quelqu’un. C’était très inhabituel de la part de cet homme sculpté dans la matière la plus brute qui soit. Mais bon, être belliqueux et être stupide étaient deux choses bien distinctes. Heureusement.

« Madame. Je suis Hin’i Shôma, général du clan Uesugi. Je viens prendre un peu de bon temps avec mon cousin Shinatarô, pour lui faire découvrir le meilleur de Nagoya. J’ai ouïe dire que votre établissement était parfait pour ça. J’aimerais vous commander de votre meilleur saké. Ah, et un peu de compagnie pour le boire. Une seule personne sera plus que suffisant pour le moment, mais la meilleure compagnie que vous ayez serait apprécié. Que cette personne sache jouer d’un instrument de musique serait un plus sympathique. Nous… Enfin, j’ai les moyens. »

Il revint vers la tablée. La tenue d’Ogun était tellement étudiée pour qu’il paraisse quelconque qu’il tranchait avec les personnes qui fréquentaient cet hanamachi réputé.

« Vous vous appelez Shintarô et vous êtes mon cousin. Je pense que ça fera l’affaire pour que cette mascarade reste plausible, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Tashina Miyako
Messages : 17
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t102-tashina-miyako-l-oir
MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    Mer 16 Déc - 16:15



Une petite kamuro trottinait dans les couloirs du seikō, un papier de la part du gérant pour sa nee-san, cette dernière était allongée à même le tatami sa pipe à tabac en bouche écoutant sa seconde kamuro s'entraîner au shamisen et massacrant la saison d'automne.

"- Tes sao Kimi pince plus fort et tiens mieux ton bachi oui comme ça ... Atsuko ?"

La petite kamuro toujours incliné sur le pas de la porte se redressa et presenta le mot a l'Oiran qui le lu en diagonal avant de vide le reste de son tabac dans la boîte mise à disposition , jeta avec négligence la pipe de chêne et d'argent, se leva d'un trait et cria le nom de son karuto pour l'assister dans ses préparations.

Quelques minutes plus tard

Glissant la dernière épingles orangées dans ses cheveux Miyako tapota l'obi de Atsuko qui était d'un vert aussi riche que son kimono, prit son éventail puis ouvrit la marche d'un pas rapide et lourd pour faire entendre son mécontentement. Le gérant connaissait son Oiran et il s'avait que les autres auraient sautée sur cette occasion, mais pas elle.

"-Oba-san !"
"-Il n'est pas là." Répondit le gérant en restant de dos.
"-Vous vous en souviendrez Oba-san, Atsuko !"


Miyako reparti toujours aussi bruyante qu'à son arrivée puis calma ses pas en arrivant au salon de thé de la maison verte et chercha le général du regard le remarquant sans peine parmi les habituées et débutants, son air sévère de soldat et sa carrure n'échapper à personne, à ses côtés un homme sale et pauvrement vêtue on aurait pu croire que c'était son serviteur si ils ne semblaient pas aussi proches. Il devait être le cousin dont le nom ne lui revenait pas.

"-N'importe qui rentre dans les hanamachis de nos jours." Soupira la Tayū en entraînant à sa suite deux prostituées qu'elle qualifia mentalement de suffisante pour eux.

Le gérant lui avait demandé de passer les étapes et d'être directement proche de son client, le général, mais Miyako voyait rouge et comptée bien le faire à sa façon. Que penserait sa pauvre nee-san en la voyant ainsi avec un client, aussi fortuné soit-il, elle se retournerait bien trois fois dans sa tombe. Notre courtisane s'approcha de la table saluant le général et le second homme par respect, prit place avant de déplié son éventail et de le monter à sa bouche rougit signe pour les deux autres femmes qu'elles pouvaient avancées et faire leurs travaillent : divertir leurs hôtes ce qu'elles commencèrent avec entrain et agitation.

Étant maîtresse de l'entretien elle garda le silence comme à une première rencontre bien sur elle ne le lâcha pas du regard, elle voulait le poussait à être grossier pour mieux le mettre dehors.

C'est à cette instant que Kimi arriva en portant du mieux qu'elle pouvait le koto de sa nee-san et le lui présenta : il ne pouvait il y avoir de divertissement sans musique, elle se maudît pour cet oubli.

"-Oiran vous avez oub... Je vous apporte votre instrument permettez ?"
"-Pose." Dit-elle en glissa sa main blanche sur sa gauche. "-Je ne jouerais pas."


Elle leva ses yeux d'eau vers le cousin du général qui avait tout sauf l'allure d'un homme sans le sous puis sur le guerrier comme pour le défier elle avait parlé, mais ne verserait pas le saké.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Opération secrète et discrète.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération secrète et discrète.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Votre fédération 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}
» L'Opération d'Opium pour sa dysplasie ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign Of Dynasties :: 
Centre du Japon -IWAMI
 :: Nagoya :: Quartier des plaisirs
-