RSS
RSS
Forum rpg fantastique se passant au japon féodal !

Partagez | 
 

 L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Clan Hôjô
Yamaoka Tokimune
Age : 24
Messages : 31
Localisation : Iles Yamato

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t23-yamaoka-tokimune
MessageSujet: L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]   Jeu 11 Juin - 0:22

Les iles Yamato, domaine de la famille des Hôjô. Le soleil frappait dure sur les petites iles et le temps semblait absolument parfait. Un beau ciel bleu, des arbres au feuillage vert et la mer qui semblait tranquille. C'était sur ce beau tableau qu'une nouvelle journée commençait et les habitants continuait à vivre leurs vies, comme allez à la pèche ou encore s'occuper des champs et des bêtes. C'était les jours de temps de paix, il n'y avait rien de meilleur pour pouvoir profiter de ces moments de calme. Les gens en profitaient également pour se promener le long des côtes ou encore d'allez pécher, pour les autres il fallait tourner les boutiques. Pour les samurai, il fallait bien s'occuper pendant ces temps de paix et c'était le meilleur moment pour s'entrainer ou encore se reposer après une longue campagne militaire. Beaucoup en profitait aussi pour revoir leur famille ou encore réparer leur matériel.

Pour Yamaoka Tokimune, c'était un peut près la même chose. Il profitait de ces temps de paix pour pouvoir voir sa mère et ses sœurs et ainsi les aider dans des taches quotidienne. Bien qu'elles avaient une bonne somme d'argent pour vivre et aussi une belle petite maison en bord de mer, le jeune samurai avait toujours le plus grand bonheur d'être avec sa famille et de les aider. Cela lui permettait également de lui faire oublier la douloureuse perte de son père plusieurs année plus tôt. Ben que le temps avait passé, une petite douleur était rester sur le cœur du jeune homme qui se culpabilisait à chaque fois qu'il en parlait. Cependant, il en parlait rarement, préférant garder ce remord dans ses pensées et aller de l'avant. En parlant d'avancer, il était aussi devenu officier, contrôlant une bande d'ashigaru et d'une poignée de samurai. Cela lui permettait d'avoir un peu plus de revenue pour sa mère vieillissante, cela devait pas être facile pour elle surtout après la perte de son mari, mais elle semblait avoir pardonner au jeune borgne. Bien sur, la mort de son bien aimé l'avait affecter, mais elle ne tenait pas son fils de responsable et faisait ce qu'elle pouvait pour s'occuper des jeunes sœurs de Tokimune. Certaines avaient prise leurs envol, mais le jeune samurai avait aussi de plus jeune sœur qui l'on suivit après sa naissance. C'était amusant pour certains de ses amis de savoir qu'il était le seul garçon de sa grande fratrie.

Néanmoins, le jeune Yamaoka n'oubliait pas ses devoirs de samurai et devait quitter la demeure familiale pour se trouver un coin tranquille afin de s'entrainer. Prenant son Katana et son arquebuse, unique souvenir de la mort de son père, il cherchait de lieux relativement calme, comme des bords de plage. Il était surtout question d'éviter de blesser quelqu'un, car une balle perdu pouvait vite provoquer un incident. Bien sur, son œil pouvait lui faire manquer rarement une cible, mais la sécurité avant tout, inutile de tenter de provoquer de sales ennuis.
L'exercice était simple, quoi que plutôt bruyant. Des exercices à l'épée et physique, suivit d'un exercice au tir à l'arquebuse sur divers cibles. Pour le coup, le jeune samurai c'était placé non loin du domaine de son seigneur de guerre, la plage non loin était assez calme et déserte. Bien que certain membres du clan ne devaient pas apprécier le bruit du tir, le jeune Tokimune aurait le temps de déguerpir si un membre important devait se plaindre vers lui. Sinon, il jouerait comme à son habitude au soldat amical et obéissant.

Pour l'exercice au tir, le jeune homme c'était emparer d'une tige avec un petit foulard accrocher dessus. Avec ceci, il allait planté ce petit dispositif sur une grande bute de sable. Il en profitait d'ailleurs pour "fortifier" après avoir planté le drapeau, faisant des petits murs de sables couvrant une majorité de  la tige. Après avoir fait ceci, il redescendait de la petite colline de sable, laissant derrière lui le petit drapeau de couleur vert. Il prit son arquebuse et continua à marcher le long de la côte, tout en écoutant le son des vagues, il se retournait de temps en temps pour voir la distance qui le séparait du drapeau. Une fois dans les 80 mètres, le jeune officier se retourna et mis une jambe à terre.  Il prit dans un petit sac un peu de poudre noire pour la placer sur la culasse et sortit une mèche légèrement allumé, qu'il avait allumer en partant de la demeure familiale. Il se mit en joue vers le drapeau qui semblait tout petit, mais le jeune homme ne voyait plus que le drapeau et le bout du canon. Le reste était du noir complet, mais l'avantage est que le drapeau semblait se faire de plus en plus claire pour la vue du jeune tireur. Après quelque seconde de concentration, Tokimune posa le bout de la mèche allumer sur la poudre et un son de tonnerre se fit entendre, ainsi que beaucoup de fumée. La balle était parti et vint frapper la tige du "drapeau", le faisant tomber. Avec le sourire de la satisfaction, le jeune homme se releva et parti en direction de la "cible" abattue. Néanmoins, il ne remarqua pas la présence qui était près de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Hôjô Ren
Age : 27
Messages : 8
Localisation : Sud du Japon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]   Jeu 11 Juin - 10:20

Le temps était paisible. Une accalmie après les derniers jours que l’archipel des îles Yamato venait de subir. Un temps idéal pour réfléchir aux prochaines échéances. Car la vie du Général n’était pas de tout repos. Même en temps de paix, il se devait de garder ses troupes en état de guerre. Le monde était ainsi, et plus encore son clan. Les Hôjô étaient des guerriers nés. Des combattants féroces habitués à la guerre. Les longues périodes de paix permettaient donc d’affiner les stratégies et d’améliorer les tactiques de combats. C’est ainsi qu’il revenait d’un long séjour. Entraînement oblige.

Hôjô Katsuko, car c’est là son nom, était Général depuis bientôt 10 ans maintenant. Fils et petit-fils de Général, c’était son destin dès la naissance et jusque sa mort. Il avait donc vu de nombreux conflits, qu’ils soient mineurs ou non. Avançant lentement, Masamune, son Katana, se balançant à sa gauche, il observait les hommes qui étaient autour de lui. Tous s’entraînaient de la même façon. Il ne fallait pas oublier les techniques les plus élémentaires. Tous avaient la même arme. Un Katana, un Tanto. Les mouvements étaient répétés à la perfection, les techniques et les tactiques aussi. Ses hommes semblaient danser dans une chorégraphie mainte fois répétée.

Telle était la vie en temps de paix.

Et ce fut à ce moment qu’il détourna son regard vers les buttes qui dominaient la plage. Un homme seul s’avançait vers ces endroits dépeuplés. La mer était l’endroit du repos, pourtant sa démarche n’avait pas l’air d’un soldat au repos. Katsuko connaissait ses hommes. Tous avaient leur particularité. Tous avaient leur Histoire. Mais l’Officier Yamaoka en avait une, bien particulière, que tous connaissaient dans le clan. Fils d’un guerrier valeureux, mais anonyme, il avait à son tour décidé de prendre l’habit guerrier. Son éducation avait été brutale, bien plus que dans certaines familles du clan. La guerre avait fait disparaitre nombre de pères. Mais peu avaient dû perdre la vie sous l’arme de leur propre fils.

Plus âgé que Katsuko, Yamaoka Tokimune était le seul guerrier arquebusier du clan. Son talent précédait ses pas. Bien que borgne lorsqu’il visait, l’on racontait que ses tirs ne rataient jamais leur cible. Un talent important et reconnu. Nul ne désirait se retrouver dans sa ligne de mire. Car si cela arrivait, alors le triste homme irait retrouver ses ancêtres. C’est justement ce qu’il fallait au Général.

La réunion avec le clan Miyamoto approchait, et les discussions avec Rukina, la descendante et héritière, s’annonçaient longue et endiablées. Nul n’ignorait que l’on se devait de posséder des gardes dignes de ce nom et qu’une réunion, même avec un clan Allié, ne se déroulait jamais sans la présence d’un membre de la garde respective. Et un homme tel que Tokimune serait parfait à cette occasion

Alors il s’avança. Mais ne se rapprocha pas totalement. Son guerrier avait besoin de concentration et la cible n’était pas toute proche. Arrivé à 2 mètres de l’homme, quand celui-ci était déjà dans sa mire, il le regarda.

Et encore une fois, la détonation précéda le coup au but. Technique peu recommandée en combat rapprochée, mais fortement utile en combat à distance. Tokimune se releva et sembla se diriger vers le drapeau faisant office de cible. En ne remarquant pas son Général derrière lui. Défaut d’attention suite à un tir précis ?

- Encore une fois tu m’impressionnes soldat. Tu ne laisse aucune chance à ta cible dès qu'elle est dans le viseur. Un don impressionnant et justement apprécié.

Le Général regarda son vis-à-vis. L'homme semblait encore à réfléchir sur son tir et semblait surpris de la présence de son supérieur. C'est alors que le Chef des Hôjô lui posa une question

- Que sais-tu des Miyamoto et de leur Chef Rukina ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Hôjô
Yamaoka Tokimune
Age : 24
Messages : 31
Localisation : Iles Yamato

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t23-yamaoka-tokimune
MessageSujet: Re: L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]   Jeu 11 Juin - 14:16

Encore un tir réussi, il n'y avait pas à dire, l'œil du jeune samurai était encore très efficace. Malgré un œil manquant, le don de Tokimune était des plus utiles pour manier une arme à feu. Dommage que cette arme présentait de nombreux défaut, limitant le nombre de tir lors d'une bataille et son utilisation était presque impossible contre un adversaire à courte porté. Il faut dire qu'il faut du temps entre deux tires pour recharger et également encore plus de temps pour viser. Sans parler des risques de défaut de l'arme après plusieurs tir, néanmoins cet entrainement permettait au jeune homme de faire attention au rechargement, mettre la bonne dose de poudre noire et essayer de ne pas faire de mauvais gestes lors de ce moment. Surtout si une deuxième erreur venait à arriver, il risquait de se bruler les mains ou encore perdre son deuxième œil et finir jusqu'à la fin de ses jours complétement aveugle. L'entrainement était le seul moyen de pouvoir éviter ce genre d'accident.

- Encore une fois tu m’impressionnes soldat. Tu ne laisse aucune chance à ta cible dès qu'elle est dans le viseur. Un don impressionnant et justement apprécié.

Le jeune samurai se retourna sous la surprise de la personne qui venait de lui adresser la parole. Comment ne l'avait t'il pas vu plus tôt, le don était utile pour les armes de guerre, mais sacrément inutile pour faire attention à ce qui se passait à droite ou à gauche. Il aurait du faire attention, surtout que c'était le général et chef du clan Hôjô qui se tenait devant lui, son seigneur qui plus est.

-  Que sais-tu des Miyamoto et de leur Chef Rukina ?

Avant de réfléchir et de répondre à la question que son chef lui avait donné, le jeune homme s'inclina légèrement en signe de respect et de remerciement envers le général samurai. Un jeune homme d'une grande qualité de stratège et de commandant, l'idéal pour conduire une armée à la victoire. Le clan Hôjô n'avait pas de meilleur stratège que lui et ce jeune chef pouvait encore conduire le clan à de nombreuses victoires pour un long moment.
Concernant la réponse que le jeune Tokimune allait donné à son suzerain sur la famille des Miyamoto et de leur chef, le jeune samurai ne pouvait pas dire grand chose sur ce clan. Bien qu'il avait de bonnes connaissances géopolitiques et de ce qui se passait à l'extérieur des iles Yamato, savoir tout sur un clan était quasi impossible, mais Yamaoka possédait quelque connaissances néanmoins.

- Merci mon seigneur, en revanche ce que je sais des Miyamoto est très basique. C'est un ancien clan ayant obtenu la charge shogunal par le grand Ieyasu et l'on perdu face aux Fujiwara quelque années plus tard. Maintenant, ils se reconstruisent non loin de vos terres, mais eux et leur vassaux vagabondent comme des nomades la plupart du temps. J'ai rencontrer quelques uns de ces gars là, de bon combattants, mais qui ont une grande tendance à me critiquer avec mon arquebuse. Remarquez, ils ne tiennent pas la ligne quand je les met en joue. Plaisantait il légèrement. Quand à leur Seigneur, Miyamoto Rukina, je ne sais pas grand chose, mise à part des rumeurs, mais peu sérieuses. La seul info que j'ai c'est qu'elle ce dirigera bientôt vers vos iles pour vous rencontrez. Après, je ne sais guère de chose à ce que vous préparer pour sa rencontre mon seigneur.

C'était un peu près tout ce qu'il savait, le jeune samurai avait répondu à son seigneur, mais il ne savait pas trop pourquoi cette question. Après tout, il pouvait toujours demander en y mettant les formes.

- Si je puis me permettre seigneur, pourquoi cette question ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
Hôjô Ren
Age : 27
Messages : 8
Localisation : Sud du Japon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]   Mar 23 Juin - 21:16

Il était clair qu’il ne pouvait rien savoir d’autre que ce qu’il venait de dire. En même temps, qui pourrait le lui reprocher ? Les simples soldats, comme les officiers, n’étaient pas forcément au courant de toutes les négociations possibles entre les clans états et les grandes nations. Et c’était bien ainsi. Les soldats ne devraient jamais savoir pourquoi ils combattaient. Sinon comment pourraient-ils continuer à combattre ? La plupart d’entre eux ayant perdu leurs parents dès le plus jeune âge à cause des guerres. Les raisons étaient la propriété des dirigeants, qui devaient ensuite assumer les conséquences.

Katsuko posa une carte sur le rocher le plus proche, la déplia et la présenta à son soldat. On y voyait les pays et les forces en présence, et la situation politique de chaque contrée. Mais aussi une estimation des forces militaires et des capacités agricoles. En bref c’était une carte représentant l’entièreté de la situation géopolitique du monde actuel. D’une extrême précision, il en avait lui-même demandé la création à ses géographes, pour la situation agricole, et à ses espions et contacts pour la situation militaro-politique. Alors il pointa du doigt l’endroit de la carte représentant le pays des Miyamoto et y posa une figurine représentant un homme.

- Les Miyamoto. Leur légendaire dirigeant possédait les Yeux de la Mort, pouvant contrôler l’esprit des adversaires en temps de guerre et les forcer à se suicider. Ieyasu était un admirateur de la fidélité de notre clan. Lors de son règne, il a estimé que notre esprit guerrier était la meilleure façon de garder la main sur le territoire. Et nous avons toujours respectés notre parole mais, il bascula la figurine qui tomba sur le côté, il est mort assassiné. Un règne d’une décennie durant lequel le pays était prospère. Une prospérité mise-à-mal par les traîtres Fugiwara. Et l’Histoire s’arrêta là. Les traîtres annonçant la disparition totale des descendants Miyamoto.

Il regarda son soldat et lui laissa le temps d’assimiler. Retirant sa sacoche il la posa sur le rocher, y attrapa une nouvelle figurine, représentant une femme, qu’il posa dans la position qu’on connaissait comme la localisation du petit village nommé Hakune.

- Cependant, et comme tu le sais certainement, l’Histoire est ce que les vainqueurs veulent qu’elle soit. Un clan guerrier se doit d’être informé, et un Général se doit de posséder des espions dans toutes les contrées voisines. Les Miyamoto ne sont pas tous morts. Juste avant son décès, Ieyasu ordonna à sa famille de fuir, permettant ainsi à son nom de survivre. Mon grand père savait cette vérité. Il découvrit l’endroit ou elles habitaient et il continua de rendre visite à cette enfant. M’emmenant souvent avec lui. A l’époque elle était petite et frêle, ses yeux reflétaient son innocence, elle n’avait aucune idée de la guerre alors que dès mon plus jeune âge j’en connaissais le goût. Nous, le clan Hôjô, sommes nés pour cette tragédie. Et tu es bien placé pour le savoir. Vers l’âge de mes 10 ans, et comme tous fils de général, mon apprentissage commença et je dû arrêter de suivre mon père lors de ses missions diplomatiques. Bref ce n’est pas intéressant.

Petit à petit il avançait les pièces de la carte, qui devenait maintenant un échiquier géant.

- Rukina, selon mes espions et les messages que je reçois, est maintenant âgée de 23 ans. A quelques mois près. Dernièrement j’ai eu la surprise de recevoir les anciens de son clan. Comme tu le sais aussi, les Hôjô ne sont destinés, depuis le début, qu’aux joutes guerrières. Hors, et vue notre force de frappe, ce serait une erreur que de se contenter de cela. Les autres clans nous craignent. Grâce à des soldats comme toi sache-le. Je ne vais pas te mentir. Notre clan est convoité par toutes les puissances pseudo-militaires. Des incapables qui ne voient en nous que de la chaire à sacrifier.

Il leva un bras et désigna son village.

- Quand je vois cette organisation, notre puissance, je ne vois pas de la chaire fraiche. Je vois clairement le clan état le plus puissant du pays. Les soldats les mieux préparés, les plus organisés et les plus craints, il désigna la figurine de Rukina, et ça elle le sait mieux que quiconque. Les Hôjô sont fidèles à leur parole et je ne trahirais jamais Rukina Miyamoto. Elle est le Daimyo légitime. Mais plus question de mourir pour servir les basses manœuvres d’un dirigeant corrompu. Le clanc Miyamoto est le seul clan nous respectant et nous traitant comme des égaux Ses anciens nous admirent et nous craignent aussi. Et c’est donc logiquement qu’ils font encore une fois appel à nous. Mais cette fois dans le but d’une alliance définitive. En clair ?

Il posa cette fois sa propre figurine sur la carte et étendit l’armée des deux pays jusqu’à n’en faire qu’une seule, avec à sa tête deux personnages à la même hauteur.

- Je vais m’unir avec Rukina Miyamoto, et tu vas m’accompagner lors de cette entrevue. Félicitation Officier Yamaoka, vous venez de passer Bras-droit et conseiller du Général.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Hôjô
Yamaoka Tokimune
Age : 24
Messages : 31
Localisation : Iles Yamato

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t23-yamaoka-tokimune
MessageSujet: Re: L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]   Ven 22 Jan - 2:35

Le jeune Samurai écoutait de nouveau son chef pour écouter la réponse à sa question, apparemment, cette visite des Miyamoto n'était pas une simple visite de santé. Il s'agissait de la de quelque chose de bien plus politique. Apparemment il s'agissait d'un jeu d'alliance qui allait permettre de rapprocher le clan des Hojo avec l'ancienne famille shogounal. Un mariage en somme avec le seigneur des Hojo et celle des Miyamoto, rien de plus classique en somme. Le tireur d'élite avait sa main sur le menton, écoutant attentivement à tout ce que disait son jeune seigneur, mais pourquoi il devait écouter tout cela ? Il n'était qu'un samurai sans la moindre importance, mis à part ses qualités de tireur.

Il continuait à écoute que apparemment, le seigneur des Hojo allait le faire de lui son bras droit et proche conseiller. Promotion très rapide oui, surtout pour un samurai n'ayant guère d'importance, enfin en y repensant, il fallait bien des homme de confiance ... Pour ... Un instant ...

- Gné ?

Un long silence se fit entendre, le jeune samurai à l'arquebuse regardait avec un oeil perplexe son seigneur de guerre avant de réaliser de ce qui venait de ce passer. Il était effectivement nommé en tant que bras droit et conseiller des Hojo, impossible, c'est une blague ? Non, il semblerait pas et pourtant cela semble irréalité. Il n'avait que participé à des batailles, pas à des jeux politiques. Enfin, si il fallait un homme de confiance pour surveiller les arrières de la tête des Hojo, alors Tokimune se feras une joie de remplir cette tache et que son honneur ne pourrait refuser.

Il empoignait ses deux mains pour remercier son seigneur et repris rapidement sa parole.

- C'est avec joie et un immense honneur que j'accepte seigneur, je jure sur mon honneur que personne n'osera vous prendre de haut ou il devrait répondre de mon oeil et de mon arquebuse. Si il refuse de se soumettre, je tirais le katana pour nettoyer l'affront. Les Hojo vaincront avec les Miyamoto !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'officier et le Général. [PV Hôjô Katsuko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elrándra Eldreda [Officier Archère]
» shako et épée d'officier de marine 1er empire
» latte d'officier de grenadier à cheval
» Un sous-officier de l'armée de l'air décède à Kaboul
» Giberne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign Of Dynasties :: 
Sud du Japon - HIGO
 :: Îles Yamato - (clan Hôjô)
-