RSS
RSS
Forum rpg fantastique se passant au japon féodal !

Partagez | 
 

 Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Dim 14 Juin - 17:16

Les yeux plongé dans le reflet vert de la pierre, Ogun touchait machinalement ses rebords avec son pouce et son index. Il semblait perdu dans ses pensées, étant comme hypnotisé par sa bague...
Pour rendre visite au shogun, il s'était paré de nombreux bijoux, ce qu'il ne fait que rarement, mais il voulait attirer l'attention sur lui et faire bonne impression. Parmi toutes les décorations dont il s'était ajusté il y avait cette bague, soit disant porte bonheur, ornée d'or avec en son centre une immense et scintillante pierre de jade. C'était une merveille que lui avait légué sa défunte mère, qui avait mystérieusement disparue depuis quatre ans maintenant... Il fût arraché à ses pensées par la voix de Hiroie son conseiller qui reprit la discussion en cours :


- Alors monsieur ? Ces rumeurs, qu'en pensez vous ? Doit-on faire taire les citoyens qui osent colporter de telle inepties ?

Le regard du daimyo devient sombre, il scruta l'homme d'un air perçant, la tête penchée en avant tout en continuant son geste machinal à l'attention de sa bague. L’atmosphère dans la carriole devint soudainement très pesant pour le conseiller se sentant à l'étroit face à ce regard dont il ne pouvait pas d'écrire l'émotion qu'il sentait s'en dégager. Ogun resta silencieux... tout était silencieux. L'on entendant faiblement que les bruits de pas des chevaux recouvert par la forte pluie qui les avait accompagnés pendant une grande partie du voyage vers Edo. Ce temps et cette traversée semblaient fortement affecter l'humeur du daimyo qui était sur les nerfs depuis quelques jours.
Il commençait à s'énerver facilement, lui qui était d'habitude si détendu. Les enjeux de sa rencontre avec le shogun l'angoissait peut être un peu, et l'orage qui semblait les suivre où qu'ils allaient n'arrangeait sûrement pas les choses. Il avait même refusé de ne porter ne serais-ce qu'un regard sur la dernière fille que Hiroie lui avait envoyé lors du dernier bivouac.


D'un seul coup, son visage sembla se détendre, il baissa les épaules et s'installa plus confortablement sur son fauteuil, abandonnant l'occupation de ses mains pour maintenant croiser les bras, et il dit :

- Très cher Hiroie, laissez donc les gens penser ce qu'ils veulent. Je n'ai que faire des chuchotements me concernant au sujet de ce qui est arrivé à ma mère. Il marqua une pause et ouvrit une petite boite en or de laquelle il sortit quelques mets à déguster. Il prit une première bouchée, et l'avala après avoir longuement mâché, puis il reprit. Le peuple à toujours besoin de créer des rumeurs et d'imaginer des complots au sein de la haute hiérarchie, nous ne pouvons les empêcher de rêver. De plus, si nous « faisons taire » toutes ces personnes comme vous l'avez proposé, cela ne leur donnerait-il pas raison ?

Le conseiller se pencha doucement en avant pour acquiescer les dires de son daimyo et ajouta :

- Vous avez sans doute raison maître. Veillez m'excuser d'avoir aborder ce sujet et de vous avoir rappelé de douloureux souvenirs.

Ogun ne répondit pas mais adressa un sourire à Hiroie pour le rassurer.  Cela sembla étrange au conseiller que le daimyo soit si calme alors qu'il semblait avoir les nerfs à vif ces derniers temps.
Voulant changer de sujet et détendre l'atmosphère il annonça :


- Nous avons gagné du temps en évitant les hauteurs et en passant par les côtes, nous ne devrions vraiment plus tarder à arriver à Edo ! Je suis d'ailleurs surpris que nous n'y soyons pas déjà, cet orage à du bien nous ralentir.

Toujours aucune réponse ne se fit entendre du daimyo, qui se tenait la tête d'un air songeur. A dire vrai Ogun n'avait pas écouté un mot de ce qu'on lui disait, depuis quelques minutes il était concentré sur les bruits de dehors... Soudainement il tapa trois fois dans ses mains pour arrêter la carriole ainsi que tout le somptueux cortège qui l'accompagnait.

- Nous nous arrêtons ? Demanda Hiroie un peu surpris.

- N'as tu point entendue ? La pluie c'est arrêté, et je n'en peux plus de rester enfermé là dedans ! Je vais descendre pour monter à cheval, et qu'il soit bien propre ! Je ne voudrais pas arriver avec un kimono abîmé devant le shogun ! Comme tu l'as dit nous ne sommes plus très loin. Je tiens à marcher à côté de mes hommes en entrant dans Edo.

Quelques minutes plus tard, le daimyo était en scelle et le cortège pu reprendre sa route sous un temps plus clément, mais qui restait gris et menaçant. Ogun chevauchait en tête accompagné de sa garde rapprochée. C'est une quarantaine de minutes plus tard que, le sourire aux lèvres, il vit enfin la grande ville d'Edo se dessiner.
Sa visite était attendue, et il fût très bien accueillit. Après tout c'est lui qui livrait une grande partie de la nourriture et de l'alcool dans tout le pays. En traversant la ville il se tenait droit avec un très grand sourire, faisant amicalement des gestes de la main à toutes les personnes qui le regardaient.
Il était fier de lui, et fier de se montrer, tout en continuant à avancer vers le palais impérial Fujiwara, dans lequel le shogun devait déjà l'attendre pour négocier de leurs nouveaux accords commerciaux.

_________________


Dernière édition par Uesugi Ogun le Mar 8 Sep - 11:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Fugiwara
Fujiwara Aizen
Age : 24
Messages : 80

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t12-fujiwara-aizen-termin
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Dim 21 Juin - 16:52

Je me levais par un matin pluvieux, la pluie battante tambourinait les murs de ma demeure. Une journée grisâtre s'annonçait, mais cela ne me dérangeait pas. Une fois levée, je m'habillais de ma tenue blanche en soie comme à mon habitude et je me doutais que des papiers allaient joncher mon bureau. Être Shogun n'était pas vraiment quelque chose d'excitant à vrai dire. Il me fallait tout le temps régler les différents problèmes du peuple qui vivait dans mon fief et pour la plupart, leurs soucis étaient dérisoires et insignifiants. Arrivant dans mon bureau, je voyais que je ne mettais pas trompé. Une multitude de feuilles et de dossiers parsemaient ce marbre qui composait ce pupitre. Assis devant ce dernier, je n'avais aucune envie de commencer mon devoir, mais une note m'attira le regard.

"Uesugi Ogun. Arriver prévue dans le début d'après-midi. Rencontre de type commercial"

C'est vrai, j'avais oublié que le chef de la famille Uesugi devait venir me rencontrer afin que nous parlions affaires. Il fallait que nous voyions les prochains envoient annuels de nourriture et d'alcool de son côté, quant à moi, je devais voir ce que je pouvais lui proposer comme arme pour ses samuraï. D'ailleurs, j'avais entendu dire qu'il avait un guerrier peu commun dans ses rangs et cela m'intriguait. La paperasses avaient diminués, mais pas suffisamment pour l'annihiler de mon poste de travail. Je m'employais donc à ranger afin que tout soit bien présentable. Chaque feuille volantes se faisaient mettre dans les dossiers appropriés, eux-mêmes rangés sur les étagères.
Ce fut au bout d'une bonne demi-heure que l'intégralité des documents fut bien ordonnée et je décidais de sortir de cet endroit., Me baladant dans les couloirs et dans les méandres de mes pensées, je m'apercevais qu'un samuraï s'entraînait sous cette forte pluie. Une chose était sûre, il en voulait. Peu de combattant veulent s'entrainer de leur propre volonté par ce temps-ci, mais c'était son cas. Je continuais mon chemin me faisant saluer par des servants.

Le temps passait et le moment était venu. Je voyais le cortège de Uesugi-san arriver dans l'enceinte de ma ville. Une caravane et quelques samuraï pour sa protection le suivait, lui en tête de ligne. Il était visible de loin, de nombreux bijoux en or le recouvraient et cela me faisait sourire. Il voulait sans doute m'impressionner en se montrant avec tant de parrure. J'allais de ce pas dans la salle d'entraînement de mes soldats d'élites afin d'en choisir trois pour ma protection lors de cette rencontre. Je savais que je n'avais rien à craindre, mais on ne savait jamais ce qui pouvait arriver. Je me réinstallais dans mon bureau attendant la venue de ce chef. Un garde de chacun de mes côtés et le dernier près de la porte afin de trianguler la zone.


La rencontre pouvait désormais ce faire.

_________________


Dernière édition par Fujiwara Aizen le Lun 29 Juin - 12:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Lun 22 Juin - 11:23

La traversée de la ville jusqu'au palais du shogun ne fut pas très longue, le temps passé très vite pour Ogun qui avait maintenant transformé son anxiété en excitation.
Il n'était plus soucieux de se montrer devant le daimyo Fujiwara, mais il était surtout très pressé de commencer les accords avec le shogun. Ces derniers lui permettraient de grandement fortifier son armée et cela rapidement. Bien que les Saïgo lui fournissaient aussi des armes de très bonne qualité, Ogun avait maintenant besoin d'en avoir en quantité, et c'est ce qu'il espérait trouver ici, à Edo.


Son escorte arriva au pied des marches du palais Fujiwara, devant lesquelles les attendaient des gardes et des conseillers qui mèneraient Ogun jusqu'à Aizen. Le daimyo choisit deux samouraïs de sa garde rapprochée pour l'accompagner et donna ordre aux autres de l'attendre ici. Il suivi son cortège et monta les marches du palais. Pendant qu'il avançait il songea au shogun... En des temps si troubles accepterait-il de lui livrer des armes ? Il est vrai que suite à leur accord, une alliance pourrait naître et renforcer les deux armées, mais en périodes de guerre, il n'est pas rare que de tels accords se rompent et qu'une trahison voie le jour. Pour l'instant il n'avait bien sûr pas à s'en inquiéter puisqu'ils avaient chacun besoin de l'autre, mais dans un futur plus ou moins lointain ils devraient sûrement devoir se battre, du moins c'est ce qu'Ogun pensait, il n'avait aucune confiance envers les autres daimyos. Ce devait être identique pour Aizen Fujiwara, mais alors accepterait-il de lui livrer des armes ?
Il se força à s’arrêter de penser, se disant qu'il n'y avait, pour le moment aucune raisons de s’inquiéter puisque si ces accords avaient lieux, c'est que le shogun avait besoin de lui.


Il suivait machinalement les personnes qui l'emmenaient au bureau du daimyo Fujiwara, sans prendre le temps de s’intéresser au palais dans lequel il était.

- Zut ! Pensa-t-il. J'aurais dû inspecter un peu le lieu ! Ce palais doit être magnifique...

Alors qu'il s’apprêtait à poser une question à ses guides, ces derniers s’arrêtèrent devant une porte et, l'un d'eux annonça :

- Le daimyo Uesugi Ogun est là pour une audience maître !

Attendant une réponde du shogun pour faire entrer l'invité.

_________________


Dernière édition par Uesugi Ogun le Mar 8 Sep - 11:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Fugiwara
Fujiwara Aizen
Age : 24
Messages : 80

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t12-fujiwara-aizen-termin
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Lun 29 Juin - 13:29

Après de longues minutes d'attentes, j'entendais un de mes servants me parler à travers la porte de mon bureau.

- Le daimyo Uesugi Ogun est là pour une audience, maître !


À vrai dire, je pensais qu'il ne viendrait pas, mais il avait besoin d'armement tout comme moi de ressources alimentaires. Encore, quelques mois nous séparaient de la période hivernale, mais il valait mieux commencer à prévoir.
Les accords commerciaux qui allaient être discuté seraient bénéfiques pour les deux camps. Uesugi Ogun et moi-même, comptions l'un sur l'autre pour ce genre de chose. Sachant que cet homme avait de bonnes quantités de nourritures, il serait un allié de choix. Le bémol serait simplement la confiance, ce n'était pas une personne que je connaissais très bien.

- Entrez.

D'une voix calme et sans ton.

La porte s'ouvrit laissant entrer mon sous-fifre suivi d'un homme à la haute stature. Long et brun de par ses cheveux, un visage dur et vêtu de noir, voilà donc Ogun-san. Il voulait peut-être me faire le coup du grand manteau noir afin de m'effrayer, je ne savais pas, mais une chose était sûre, nous étions de type bien différent de personnalité. Je me levais et le regardais de toute ma hauteur. Un petit sourire amical à peine perceptible se dessina sur mon visage.

- Kamin, tu peux disposer. Et en sortant, ferme la porte.

Le servant fit une courbette sans dire un seul mot et s'en alla.
- Kamin, n'oublie pas de bien vouloir transmettre les ordres à la forge, si cela n'est pas fait, tu sais ce qu'il va t'arriver. Pas d'impair où je te punirai

Le petit homme s'en alla en acquiesçant de la tête et ferma la porte. Désormais, nous étions six dans ce bureau. Je me dirigeai alors vers une petite table et sortis deux verres et une bouteille. Posant le tout sur mon bureau fraichement rangé, je commençais à verser le liquide translucide dans chacun des verres pour en proposer un à mon invité. Il était vrai que cet alcool, Ogun le connaissait étant donné qu'il en fabriquait, mais celui-ci était le mien. J'en bu une gorgée avant de me rasseoir à mon siège.

- Uesugi Ogun, daimyo de la famille Uesugi. Ravi de vous revoir, cela faisait longtemps. Avez-vous fait bonne route ?

Je savais que la pluie s'était manifestée sur le chemin, car mes éclaireurs m'en avaient informé par corbeau voyageur plutôt dans la journée.

- Comment trouvez-vous l'agencement de cette pièce ? Et ce saké est-il bon ?



Je le regardais avec insistance afin de voir si cet homme, connaisseur d'alcool voyait une différence entre le sien et le mien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Mer 1 Juil - 13:31


- Entrez.

La réponse brève du shogun ne s'était pas faite attendre et, sous ces ordres l'homme qui l'avait escorté jusqu'ici ouvrit la porte et invita Ogun à le suivre à l'intérieur. En entrant dans la pièce, le daimyo qui prêtait plus attention aux apparences qu'à autre chose, remarqua tout de suite que le bureau était très bien rangé et, cela le fit se sentir plus à l'aise. Le shogun avait une belle tenue en soie blanche, ce qui rappela à Ogun que sa tenue à lui était noire, le contraste entre les deux hommes le fît rire intérieurement, comme c'était beau à ses yeux ! Leur tenue s'assemblaient parfaitement et il était heureux que cette scène soit d'une telle beauté, espérant marqué les esprits et graver ce qui allait se passer dans cette pièce.
Aizen était grand, cette grandeur accentuait le fait que la taille d'Ogun n'était  pas démentielle. Cela, aux yeux du chef des Uesugi ne faisant qu’embellir cette scène asymétrique, il se serait presque cru au théâtre.

Le shogun annonça à son homme qu'il pouvait disposer et lui donna un ordre qui semblait suivi d'une menace. Ogun sourit est eu presque envie de dire « Ouais et dépêche toi Kamin ! Il faudrait aussi que tu nous apportes le thé ! » mais n'en fit rien. Toujours est-il que cet Aizen semblait inspirer la peur et être très sévère, c'était parfait... Pile ce dont il avait besoin, il semblerait qu'ils pourraient vraiment bien s'entendre tous les deux.
C'est alors qu'il comprit qu'il n'y aurait pas besoin qu'on leur amène à boire, quand Ogun remarqua que son hôte sortit une bouteille et deux verres. Il les remplit et lui en proposa un qu'il ne refusa pas.
Le daimyo attendit qu'Aizen ce soit assis pour en faire de même, sans vraiment y être invité. Il pensait que le climat allait être plutôt amical, et que la politesse d'attendre pour s’asseoir aussi serait suffisante. Il en fit de même pour boire, on est jamais trop prudent. Il attendit donc que le shogun porte le verre à ses lèvres pour à son tour boire une gorgée.
C'est alors que son hôte pris la parole.


- Uesugi Ogun, daimyo de la famille Uesugi. Ravi de vous revoir, cela faisait longtemps. Avez vous fait bonne route ?

- Comment trouvez-vous l'agencement de cette pièce ? Et ce saké est-il bon ?


Comme il s'y attendait, le début de la discussion semblait plutôt amical. Ogun posa son verre sur la table, de l'alcool... il aurait préféré du thé. Bien qu'il produise beaucoup de telle boisson, il n'aime pas forcément en boire, préférant les choses plus subtiles, plus douce. Il en boirait quand même en petite quantité lors de cet entretien, déjà car c'est tout de même un événement qui se fête, mais aussi pour accentuer le ton amical qu'il comptait montrer.
Justement puisque l'on parle de cela, Ogun répondit au shogun de façon complètement détendue, rigolant presque.


- Ah non pas du tout ! Le ciel ne m'a pas été clément, et je vous accuse même d'avoir usé de sorcellerie pour me retarder le temps de ranger votre bureau !

Après réflexion, il s'était peut être un peu trop détendu. Serait-ce déjà les effets de la boisson ? En une seule gorgée ? Non c'était plutôt une évacuation de tout le stress qu'il avait emmagasiné pendant le trajet. Remarquant que si son interlocuteur n'avait pas le sens de l'humour il pourrait mal le prendre, il essaya de se rattraper.

- Excusez-moi, je suis aussi ravi de vous revoir shogun Fugiwara Aizen. D'autant que votre bureau est splendide, vous semblez être un homme de goût. Au sujet du saké... Ogun remarqua qu' Aizen le scrutait d'une manière insistante. Avez-t-il empoisonné le saké ? Non il en buvait lui aussi. Le daimyo cessa donc de se poser des questions et continua. Le saké... et bien il est bon oui, disons qu'il a le goût du saké ! Vous savez mon palais à du mal à trouver vraiment du « goût » dans un alcool si fort !

En disant ces mots, Ogun reprit son verre et le porta à ses lèvres. Il reposa doucement le verre en souriant. Tout semblait pour l'instant bien se passer, mais il allait bientôt falloir entamer une discussion plus sérieuse.

_________________


Dernière édition par Uesugi Ogun le Mar 8 Sep - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Fugiwara
Fujiwara Aizen
Age : 24
Messages : 80

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t12-fujiwara-aizen-termin
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Lun 6 Juil - 1:20

L'homme qui me faisait face semblait quelque peu stressé. Cela m'interpellait à vrai dire . Il buvait à petites lèvres et ne semblait pas vraiment apprécier ce saké fait par les soins de mes ouvriers. Tout le monde ne pouvait pas aimer le saké et cela ne me dérangeais pas. Apparemment d'après son regard, il devait être soit fasciné par ma présence ou alors éberluer  par mon bureau et de mon palais. C'est sur un ton humoristique qu'il m'accusa d'avoir usé de sorcellerie pour rendre son voyage vers Edo, chaotique et tumultueux à cause de la pluie. Cela me faisait rire intérieurement. Ma réputation d'homme possédé par un démon avait-elle dépassé mes frontières ? Je ne savais pas. Par la suite, il continua :

- Excusez-moi, je suis aussi ravi de vous revoir shogun Fugiwara Aizen. D'autant que votre bureau est splendide, vous semblez être un homme de goût. Au sujet du saké...
Le saké... et bien il est bon oui, disons qu'il a le goût du saké ! Vous savez mon palais à du mal à trouver vraiment du « goût » dans un alcool si fort !


Un sourire se dessina sur mon visage sérieux. Le stress avait semblé disparaître dès  les premières gouttes d'alcool. Le compliment sur mon raffinement décoratif de mon bureau, en revanche me plaisaient, car cela voulait dire que lui aussi avait un goût égal au mien.  Comme je m'en doutais, il n'appréciait guère le saké, chose que je pouvais concevoir. C'était une de mes meilleures bouteilles et il ne l'appréciait pas à sa juste valeur. Pour éviter toute soucis pour cette entrevue commerciale, je décidais de ne pas en tenir compte.

- Non, vous rassure que je n'ai absolument pas utilisé de sorcellerie, mais puis-je savoir pourquoi cette idée vous a traversé l'esprit. Est-ce ma réputation ?


Il m'avait donné l'élément adéquat pour savoir si 'l'homme démoniaque" était connu au-delà des frontières.

- Je trouve ça dommage que vous n'appréciez pas vraiment mon saké. Mes artisans l'ont fait spécialement pour votre visite. De plus, nous ne l'avons pas créé de manière traditionnelle, mais grâce à un autre procédé qui demeure secret. Cela le rend meilleur. Enfin bref, là n'est pas le sujet.


Je m'arrêtais un bref instant pour reprendre un peu de boisson, puis repris.

-Garde ! Aller quérir Kamin en vitesse ! Je vous donne la durée d'un sablier ! Le thé de cerisier vous conviendra sûrement ? Ceci est une de nos spécialités, je pourrais même vous en vendre si vous trouvez cela à votre goût.


L'homme positionné à la porte l'ouvrit et fit passer le mot aux hommes attendant devant cette dernière avant de la refermer.
La discussion était désormais entamée de manière subtile, enfin c'est ce que je pensais. Je me levais pour aller chercher un parchemin, une plume et de l'encre afin de débuter notre commerce inter-fiefs. En me rasseyant, je posais mon katana sur mon bureau. L'éclat rouge de la garde étincelât au contact d'un rayon de lumière, tandis que l'embout dorée brillait comme une étoile dans la nuit.

- Voici Ryuuketsu qui veut dire "l'éffusion de sang", c'est mon katana. Il en a vu beaucoup lors de ma jeunesse et des nombreuses batailles que j'ai pu faire. Elle est composée du meilleur acier que nous possédons. Malheureusement, nous n'en avons que très peu et forgé des lames de cette qualité est assez rare. En revanche, nous avons du bon acier qui vous conviendrait.


J'ouvris le fourreau de mon arme pour faire voir la qualité du tranchant de mon sabre et tendis la lame vers lui afin qu'il puisse l'examiner. De mon autre main, je sortis de mon bureau un fragment d'acier et le mit sur la table en lui donnant. Une belle couleur gris clair et de forme allongée se dressait sur le bois.

En le regardant, je croyais voir comme une admiration naître au fond des yeux de mon interlocuteur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Mar 8 Sep - 11:59

Le shogun sourit et annonça qu'il n'était en rien liée aux orages présents pendant le voyage. Il continua en demandant si c'était sa réputation qui avait amené cette idée dans la tête d'Ogun. Sa réputation ? Maintenant qu'il y pensait, c'est vrai qu'il avait déjà entendu dire que les habitants d'Edo le considéraient comme un démon, Aizen était connu dans tout le Japon et il était normal que certaines légendes naissent autour d'un homme enclin à une si grande cruauté. Bien sûr lorsque le daimyo l'avait accusé de sorcellerie, c'était sur un ton humoristique et il n'avait pas du tout penser à cela. Pour le rassurer il annonça :

- Oh vous savez ! On entend toute sorte de choses ! Mais je ne fais que peu attention au ragot racontés par les petit-gens. A les entendre tout va toujours mal !

Le shogun continua en annonçant que le saké avait été spécialement préparé pour l'arrivée d'Ogun à partir d'un procédé qu'il voulait garder secret. Suite à ces mots, et avec toujours l'image du démon en tête, Ogun imagina toute sorte de procédés horribles à base de sacrifices humains ou de tortures invraisemblables qui pourraient avoir été mis à l'œuvre.
Il ne voulait pas forcément répondre à cette phrase, refuser le saké aurait été impoli, mais son ôte avait remarqué qu'il ne semblait pas l'apprécier. C'est alors qu'Aizen ordonna à un de ses gardes d'aller chercher son serviteur afin qu'il apporte du thé de cerisier, suite à quoi il demanda à Ogun si cela était à son goût. Ce dernier acquiesça sans ne rien dire de plus, heureux que l'on lui apporte une boisson plus rafinée.


Alors que le garde s'exécutait, Aizen se leva et ramena le matériel nécessaire à cet entretien.
Le daimyo le vit poser son katana sur le bureau en annonçant :


- Voici Ryuuketsu qui veut dire "l'effusion de sang", c'est mon katana. Il en a vu beaucoup lors de ma jeunesse et des nombreuses batailles que j'ai pu faire. Elle est composée du meilleur acier que nous possédons. Malheureusement, nous n'en avons que très peu et forgé des lames de cette qualité est assez rare. En revanche, nous avons du bon acier qui vous conviendrait.


Il sortit l'arme de son fourreau et la tendit à Ogun qui la prit et la posa devant lui afin de l'examiner. Ensuite le shogun lui donna un fragment d'acier que le daimyo prit dans ses mains.
La lame était de très bonne facture Ogun fut un peu déçu que l'acier qui la composait soit assez rare et qu'il ne puisse pas lui en fournir. Cependant, le fragment qu'il tenait dans ses mains semblait aussi de très bonne qualité.
Il admira les objets, imaginant déjà son armée se renforcer, la voyant marcher et partir en marche pour donner des batailles en son nom.

Il sourit en direction du Shogun et dit :


- On ne peut espérer meilleur allié que vous mon chère. J'ai hâte de voir à quel point cet acier peut devenir tranchant. Cependant... J'avoue grandement jalouser votre propre arme, j'aime les belles choses voyez vous, et celle-ci est vraiment quelque chose de magnifique ! J'aimerais vous faire un petit caprice et demander si je pourrais avoir personnellement au moins une arme égalent cette beauté ? Il marqua une courte pause avant de reprendre. Bien entendu j'ai moi aussi beaucoup à vous apporter. Il se mit à sourire en se penchant vers Aizen et continua. Avec bien sûr ma petite spécialité !

Il reprit un air sérieux et se réinstalla dans son siège. Il contempla encore une fois ce katana si scintillant avant de reprendre :

- Nous avons d'énormes quantités de nourritures pouvant grandement vous aider, je vous montrerais volontiers ce que nous avons déjà apporté avec nous. Les livraisons seront régulières et de grands stocks pouvant résister à l'hiver sont garantis. Je contrôle beaucoup de réseaux d'échanges qui pourront se montrer favorables à votre cause et je pourrais aussi faire en sorte de bloquer ceux de vos ennemies.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Fugiwara
Fujiwara Aizen
Age : 24
Messages : 80

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t12-fujiwara-aizen-termin
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Dim 18 Oct - 18:08

Les yeux de mon interlocuteur ne mentaient pas. C'était un fait, la lame de mon sabre l'impressionnait vraiment et cela ce confirma.

- On ne peut espérer meilleur allié que vous mon cher. J'ai hâte de voir à quel point cet acier peut devenir tranchant. Cependant... J'avoue grandement jalouser votre propre arme, j'aime les belles choses voyez-vous, et celle-ci est vraiment quelque chose de magnifique ! J'aimerais vous faire un petit caprice et demander si je pourrais avoir personnellement au moins une arme égalant cette beauté ?

Ogun, dans son regard, se voyait déjà avec une lame aussi belle et tranchante que la mienne, néanmoins, au vu la rareté de la chose, je ne pouvais pas lui créer la lame qu'il désirait tant. Du moins, pour le moment. Nos ressources étaient très basse et je n'avais pas encore vu la marchandise qu'il avait apporté avec lui.
Il continua en s'approchant de moi et lors d'un rictus que l'on pouvait considérer comme malsain, il termina par :

- Bien entendu j'ai moi aussi beaucoup à vous apporter. Avec bien sûr ma petite spécialité !

De quoi parlait-il ? Une spécialité ? Les seules spécialités que je connaissais de cette région se trouvait être culinaire et rien d'autre. Je ne voyais pas ce que la cuisine pouvait m'apporter de plus. Cependant, tout ceci n'était que des spéculations, mais je devais en avoir la vérité.
Après que mon interlocuteur fût rassis dans son siège et repris son sérieux, je m'apercevais d'une chose. Un masque venait d'être enlevé sous mon nez pendant quelques secondes. Ce cher Ogun était assez mystérieux sur ce point-là et grâce à cela, il pouvait être un allié de choix ou à l'inverse, un ennemis des plus redoutable.

- Nous avons d'énormes quantités de nourritures pouvant grandement vous aider, je vous montrerais volontiers ce que nous avons déjà apporté avec nous. Les livraisons seront régulières et de grands stocks pouvant résister à l'hiver sont garantis. Je contrôle beaucoup de réseaux d'échanges qui pourront se montrer favorables à votre cause et je pourrais aussi faire en sorte de bloquer ceux de vos ennemis.

En effet, grâce à mes espions, je savais que cet homme contrôlait de nombreux axes routiers prioritaires. Cet argument pesait lourd sur la balance, car lors d'une bataille, si les axes et les ravitaillements étaient coupés, alors un siège devenait rentable. Qui plus est, si cela venait à se faire l'hiver, les batailles pouvaient se transformer en "bataille éclair". Nul besoin de sortir les armes, ni même de faire couler le sang de mes troupes.
Je me levais et me dirigeais vers la fenêtre derrière mon siège afin de voir la caravane dans la cour de ma demeure. J'essayais de voir la cargaison qu'avait apporté ce daimyo, mais c'était peine perdue. La pluie avait repris de plus belle ce qui bloquait le champ de vision.

- Seigneur Uesugi, le métal qui compose ma lame est, comme je vous l'ai dit, rare et précieux. Je pense que vous comprendrez que je ne peux décemment pas vous en offrir comme ça. D'une part, car les réserves que nous possédons sont faibles et d'une autre, ce métal coûte cher à manier. Je comprend que vous aimeriez avoir une arme de cette qualité, mais pour le moment, c'est infaisable. J'enverrai des hommes pour trouver ce métal, mais je n'ai pas de délai précis.

C'est alors que Kamin rentra dans la pièce pour apporter le thé de cerisier.

- Veux tu bien servir notre invité rapidement, il doit s'impatienter. Le saké ne lui convient pas. D'ailleurs Kamin, tu as été bien long.
Je saisie mon sabre et me déplaça avec une célérité impressionnante pour placer le côté plat de la lame contre la gorge de mon serviteur.
Tu connais ma vitesse de déplacement, tu sais que tu ne peux en aucun cas me fuir, alors fait bien attention à ne pas recommencer, car la prochaine fois, ce sera le tranchant qui sera à ta gorge.

Le petit homme servit rapidement, d'une précision dans ses mouvements et sans en mettre une seule goutte à coté. De plus, le bruit de la porcelaine ne se faisait quasiment pas entendre. Il s'empressa de ce diriger vers la porte, mais fût stoppé.

- Kamin ! Va voir le maitre forgerons et demande lui de bien vouloir envoyer des chercheurs quérir LE métal. Une fois cela fait, je ne veux plus te voir.
Il repartit aussitôt sans broncher.


Je me ré-adressa à Ogun.

- Uesugi-san, si vous le voulez bien, nous allons voir ce que vous nous avez apporté comme vivres. Ah ! Et prenez donc ce morceau de métal que je vous donne en gage de bonne foi.

Je sortis de la pièce avec l'escorte des gardes autour d'Ogun et moi-même. Lors de notre déambule dans les couloirs, une phrase vint resurgir dans mes pensées.
"Avec bien sûr ma petite spécialité !"

- Que vouliez-vous dire par : Avec bien sûr ma petite spécialité ! Je n'ai pas bien saisi le sens.

Nous passions dans le grand hall, là ou se trouvait de grande tapisserie de paysage du pays, des tatamis de haute qualité, mais aussi des statues de Nuregami et anciens samuraï de renom. Au plafond se trouvait des peintures des scènes de batailles que j'avais personnellement vécu, emplies de couleurs vives et de quelques sertissages d'or autour.

- Mon château vous plait-il ? Les artisans peintres et les autres travailleurs ont mis le cœur à l'ouvrage pour reconstruire ce qui avait été détruit lors de la grande bataille. Cette dernière même qui m'a permis d'arriver au rang de shogun. Je n'ai d'ailleurs pas lésiné sur les dépenses, mais comme vous pouvez le voir, le résultat est magnifique.

Nous arrivions au niveau du jardin ouvert, sable blanc dessiné, petit lac, carpe koï, érable et autres arbres taillés, pont, tout y était bien disposé ce qui rendait le tout harmonieux et sublime. Je regardais d'un coin d'œil Ogun pour voir la réaction de cette visite camouflé tandis que nous sortions sur la grande court interne afin de rejoindre la caravane de mon invité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clan Uesugi
Uesugi Ogun
Age : 25
Messages : 182
Localisation : Nagoya

Voir le profil de l'utilisateur http://reignofdynasties.forumactif.org/t14-uesugi-ogun
MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   Sam 24 Oct - 10:39

Après que le Shogun annonça qu'il ne pouvait pas fournir tout de suite le métal demandé par Ogun, mais qu'il essayerait de répondre à sa demande sans pouvoir donner de délai précis, le daimyo fût rassuré.  À vrai dire il ne s'attendait pas qu'il accepte et, en y repensant, se trouva très culotté d'oser demander une telle chose, mais après tout... c'est justement grâce à son fameux « culot » qu'il est si influent aujourd'hui.

Alors que le serviteur d'Aizen entra pour servir le thé, son maître offris une spectaculaire démonstration de rapidité et, un terrifiant spectacle de cruauté. Bien qu’impressionné par la grande dextérité d'Aizen, Ogun contempla le spectacle le sourire aux lèvres, ce « démon » semblait vraiment bien porté son nom ! Après avoir reçu des menaces, Kamin servit le thé et sortit sous les ordres de son maître.
Heureux de penser que quelqu'un d'aussi puissant allait être de son côté, il but joyeusement son thé à petites gorgées, ne disant rien, il appréciait le silence qui suivait l'humiliation de Kamin... c'était le genre de silence qu'il préférait.

Le Shogun s'adressa ensuite à lui :


- Uesugi-san, si vous le voulez bien, nous allons voir ce que vous nous avez apporté comme vivres. Ah ! Et prenez donc ce morceau de métal que je vous donne en gage de bonne foi.
 
Ogun acquiesça d'un geste de la tête et se leva lentement en emportant avec lui l’échantillon d'acier qu'on lui avait offert.
Alors qu'ils marchaient en direction de la sortie Aizen reprit la parole :


- Que vouliez-vous dire par : Avec bien sûr ma petite spécialité ! Je n'ai pas bien saisi le sens.
 
- Et bien... comment vous dire ? Vous semblez avoir des secrets, sachez que j'en ai moi-même, des tas ! J'aime même flatter mon ego en auto-proclamant que je suis « un puits à secrets », et je suis prêt à en partager un avec vous... disons quand nos accords auront réellement commencés. C'est que, voyez-vous j'ai beaucoup voyagé, j'ai beaucoup appris et je contrôle beaucoup de réseaux, je vous garantis seulement que vous et vos hommes ne seront pas déçus !

En finissant sa phrase, il arriva dans le grand hall et, c'est ce moment que le Shogun choisi pour lui demander ce qu'il pensait du palais. Ogun était resté bouche bée devant la splendeur de la pièce la première fois qu'il l'avait traversé quelques minutes auparavant, il ne pouvait se sentir que dans son élément. Les deux hommes semblaient aimer la richesse et pouvoir montrer la grandeur de cette dernière. Il sourit et annonça en guise de réponse :

- S'il me plaît ? Et comment ! J'espère qu'il est bien protégé, il serait dommage qu'un tel édifice se voit détruit dans les années à venir.

Alors qu'ils s'approchaient de la sortie Ogun vit le jardin ouvert du palais. Sûrement le genre d'endroit qu'il préfère, après tout, les plantes sont ce qui font de Nagoya ce qu'elle est. Il ne dit rien, mais analysa rapidement l'agencement de ce dernier du coin de l’œil en se dirigeant vers la cour où la caravane attendait.
Ils arrivèrent à l'endroit prévu, mais la pluie avait reprit et ils durent s’abriter sous les grandes toiles qui surplombaient l'escorte du daimyo et les réserves qu'il avait amené.
Ogun s'approcha d'une carriole de marchandises et fit signe aux gardes de s'écarter. Deux serviteurs sortirent plusieurs caisses pour les ouvrir. Une contenant de grandes quantités de riz, une autre était remplie de différente sorte de haricots, avec un plus grand compartiment pour les haricots rouges, tandis que la dernière était remplie de soja.


- Riz, soja et haricots. Annonça Ogun, en parlant fort pour que la pluie ne couvre pas ses paroles. Je les appelle les trois sauveurs du peuple, ils se cultivent facilement en grande quantité et sont faciles à distribuer. Nous avons aussi de quoi nourrir les bêtes pour l'élevage ou les chevaux pour la guerre. Nous avons amené de la viande séchée et plusieurs bêtes, pour vous montrer les bienfaits de nos élevages.

Après ces mots, il avança vers l'arrière de la caravane où des bêtes y étaient gardées, encadrés par des barrières facilement démontables. Le daimyo comme pour inviter à regarder, tendit le bras vers l’enclot de voyage  qui contenait des cochons, des bœuf et différentes volailles tenus en cage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Serpent et le Phénix [Pv Aizen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Le baiser de la femme serpent
» Un Serpent Royal
» La chasse au serpent
» Dans les machoire du serpent (en cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign Of Dynasties :: 
Nord du Japon - SURUGA
 :: Edo :: Palais impérial Fujiwara
-